Forums des Forestiers Algériens
Bienvenue aux Forums des Forestiers Algériens


Le monde des forêts et de l'environnement en Algérie
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Votre soutien morale et matériel assure sans doute la continuité et le développement des forums des forestiers algériens!
أعضاؤنا الكرام ساهموا معنا في دعم و تطوير المنتدى
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Meilleurs posteurs
Zynèb (1445)
 
FFA (606)
 
atmoh300 (571)
 
BATNA (498)
 
RMR33 (486)
 
toufik (456)
 
Ray (448)
 
abderachid (397)
 
briki atmane (325)
 
Mouloud (307)
 
Les posteurs les plus actifs du mois
Derniers sujets
Mots-clés
humides ENTREPRISES FORETS
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Météo
Météo fournie par DzMeteo.com
Journal Officiel
http://www.joradp.dz/HFR/Index.htm

Partagez | 
 

 Médecines naturelles : L'état des lieux (Tunisie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rachi-med



Nombre de messages : 7
Age : 59
Localisation : TIZI OUZOU
Occupation : enseignant-chercheur
Humeur : humour
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Médecines naturelles : L'état des lieux (Tunisie)   Ven 6 Mar 2009 - 16:44



Médecines naturelles : L'état des lieux



La presse - Tunisie - 01/07/2004

"Je me souviens du temps où mes premières ordonnances de phytothérapie suscitaient l'hilarité de pharmaciens qui ne se gênaient pas pour les critiquer en présence de mes patients." Le docteur H.H., généraliste et phytothérapeute à Tunis, avait fini par perdre ses patients. Mais elle ne s'avoua pas vaincue et continua à prescrire à ses patients ce qu'elle pensait être le mieux pour eux. Le docteur H.H. a retrouvé une clientèle : de nouveaux patients gagnés à la cause des médecines naturelles qui ont choisi la phytothérapie, et d'autres qui consultent dans l'espoir de vaincre une maladie résistante aux traitements classiques, soulager une douleur tenace… parce qu'ils ont entendu dire que cela marchait.

Des médecins, de plus en plus nombreux, ont repris le chemin de l'école, comme le docteur H.H., poussés par le désir d'apprendre, d'explorer d'autres voies de la guérison. Les uns par curiosité, les autres par humilité, par passion aussi, comme le docteur F.B.M., installé à Tozeur, qui a suivi trois formations (phytothérapie, homéopathie et acupuncture). D'autres, il est vrai, l'ont fait pour des raisons plus terre à terre. Ils reconnaissent que c'était le seul moyen de prendre du galon. Le docteur S.F., phytothérapeute dans une structure de la santé publique, fait partie de ces derniers. Elle admet qu'elle "n'y croyait pas". Aussi a-t-elle été "surprise par les très bons résultats obtenus, surtout chez les enfants".
Cet intérêt grandissant pour les médecines non conventionnelles est, de plus en plus souvent, partagé par un patient plus informé que par le passé et plus soucieux de préserver sa santé. Mme N.K., 45 ans, employée de bureau, a commencé à souffrir de douleurs au dos après avoir eu son premier bébé. On lui avait alors prescrit des corticoïdes, des anti-inflammatoires… "Jamais, raconte-t-elle, un médecin ne m'a dit que ces médicaments pouvaient être nocifs. Il a fallu que je le découvre toute seule. Depuis quelques années, j'essaie de me soigner par les plantes. Ce n'est pas simple, car on ne me rembourse pas mes ordonnances".


Progression de l'enseignement
Il y a à peine 20 ans, les médecins tunisiens pratiquant des méthodes complémentaires n'étaient pas légion et, dans un premier temps, la formation n'avait été possible que grâce à l'enseignement associatif, essentiellement la Société tunisienne des biothérapies, qui a formé le gros des troupes. (...) Parallèlement à la formation théorique, des consultations médicales voient le jour, dont une consultation de phytothérapie au centre de soins de santé de base de Monastir, qui débute en octobre 2001. Deux années plus tard, un premier bilan est rendu public : les résultats sont remarquables. La consultation a déjà accueilli 940 patients, âgés de 3 mois à 83 ans, venant d'un peu partout et représentant diverses catégories socioéconomiques, souffrant, pour la plupart, de pathologies rebelles aux traitements. Les maladies les plus fréquentes sont les affections respiratoires, dont l'asthme représente 8,9%, et les affections dermatologiques. On consulte également pour les lombalgies, la migraine, l'arthrose des genoux, l'obésité, l'énurésie… 40% de ces patients sont revenus pour un contrôle, dont 76% ont vu leur état s'améliorer. (...) La médecine scolaire n'est pas en reste : des médecins de la Santé publique y pratiquent homéopathie et phytothérapie. De nombreux médecins pratiquent les méthodes complémentaires dans le privé, ainsi que des médecins vétérinaires, des dentistes, des pharmaciens.

Plantes tunisiennes
Dès les années 70, la pharmacopée traditionnelle tunisienne était l'objet de l'intérêt des chercheurs. Entre 1976 et 1985, une enquête officielle ethnobotanique permettra d'identifier et de répertorier 191 plantes médicinales "représentant probablement les espèces à usage thérapeutique les plus répandues" en Tunisie, nous apprend le Pr M.K. Boukef, chargé de cette enquête, dans l'introduction de son travail. Cette enquête fit la preuve, si besoin était, que "dans nos campagnes et, d'une manière moindre, dans nos villes, on continue à recourir aux plantes pour se soigner", ajoute-t-il. En 1983, une Contribution à une étude ethnobotanique de la flore tunisienne est publiée par Edouard Le Floc'h, dans le cadre d'un projet Flore et végétation tunisiennes qui réunit des documents correspondant à la description de 2.150 espèces.
En 1993, un programme national de recherche est chargé d'une enquête ethnobotanique sur l'ensemble du territoire tunisien selon les normes et les exigences en vigueur, c'est-à-dire, explique M. R. Chemli, professeur en pharmacognosie-phytothérapie à la faculté de Pharmacie de Monastir "Par un groupe multidisciplinaire, comprenant un botaniste, un médecin, un pharmacien, un agronome et un guérisseur traditionnel." L'ensemble des données est disponible à la faculté de Pharmacie de Monastir et fait, actuellement, l'objet d'un projet, Le Plamenet, impliquant cinq pays d'Afrique, dont la Tunisie. "Il ne faut pas oublier, ajoute le professeur Chemli, les travaux effectués par des étudiants dans le cadre de leurs DEA et DES."
De nombreuses plantes médicinales à usage traditionnel ont fait l'objet de travaux scientifiques, chimiques et pharmacologiques. Récemment, et pour la première fois en Tunisie, une structure semblable à celle développée par les laboratoires Pierre-Fabre en France avec le Cnrs, a vu le jour. "Ce projet, explique le professeur A. Toumi, directeur général de la Pharmacie et du Médicament au ministère de la Santé publique, se base sur une technique de pointe, le criblage à haut débit". Ce procédé permet de tester l'activité thérapeutique d'une plante. C'est un "projet-phare qui permettra à la Tunisie d'entrer de plain-pied dans le domaine de la recherche, et ouvrira des perspectives intéressantes pour les chercheurs dans le domaine des plantes médicinales", ajoute le Pr Toumi.


Des patients plus nombreux
Combien sommes-nous à avoir choisi de faire confiance à la phytothérapie, à l'acupuncture, à l'homéopathie ou à une autre thérapie naturelle pour calmer une douleur rebelle, dormir ou avoir raison d'une allergie ? Les statistiques manquent mais les pharmaciens spécialisés dans les homéo et phytomédicaments vous diront que les Tunisiens sont plus nombreux que dans le passé à le faire. Monsieur N. Essid, préparateur dans une officine de la capitale, nous assure n'avoir jamais vu autant d'ordonnances de phytothérapeutes. Ils sont aussi plus nombreux que par le passé à ne pas être remboursés par les organismes sociaux ou par les assureurs. (...) Sur les 940 patients traités au cours des deux années d'activité de la consultation, 579, soit 60%, ne sont plus revenus après un premier traitement de deux mois. Quand on sait, par ailleurs, que sur 600 patients traités, 186, soit le tiers, sont sans profession, on imagine sans peine les motifs de cet abandon. Une seule exception : les mutuelles des FSI remboursent à hauteur de 80% les prescriptions délivrées par les homéopathes des deux dispensaires, Houcine-Bouzaïane et Montfleury.
Bien que les homéomédicaments et les phytomédicaments coûtent moins cher que les autres, "une ordonnance de trois mois, ça chiffre et peut devenir trop lourde pour le patient qui abandonne", explique le Dr H.H. De plus, ces médicaments sont parfois introuvables. Qu'est-ce qui nous empêche, du moins en ce qui concerne les phytomédicaments, de les cultiver ces fameuses plantes médicinales ? Sachant que notre climat se prête très bien à la culture de la majorité des plantes inscrites à la pharmacopée européenne ? Et, surtout, qu'est- ce qui nous empêche de les transformer sous différentes formes galéniques (du nom de Galien, qui préparait lui-même ses remèdes), gélules, gouttes, pommades, etc. ? "Il existe, en Tunisie, plusieurs institutions spécialisées qui peuvent garantir le contrôle de qualité de ces produits avant leur mise sur le marché, assure le professeur Chemli. Les départements de la faculté de Pharmacie de Monastir peuvent assurer ce contrôle."
Les médicaments non-allopathiques ne sont pas les seuls à avoir été un peu malmenés ces derniers temps. Les formations dans l'une des trois disciplines (acupuncture, homéopathie et phytothérapie), ne sont désormais reconnues comme compétences que si elles sont assurées par une institution universitaire et cela depuis le 2 avril 2004. "Une drôle de façon de récompenser tous les pionniers qui ont jeté les bases de ces médecines complémentaires, faisant de la Tunisie le leader en Afrique et dans le monde arabe", s'étonne le docteur Farah. Le problème qui se pose est le suivant : de nombreux médecins, ayant suivi ces dernières années une formation assurée par une association, n'ont pas réussi à faire valider leur compétence.

Neïla RHAÏM
Revenir en haut Aller en bas
 
Médecines naturelles : L'état des lieux (Tunisie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Médecines naturelles : L'état des lieux (Tunisie)
» POUR le DROIT de se soigner AUTREMENT- Mobilisation pour les médecines naturelles
» LES MÉDECINES NATURELLES Les pouvoirs de l'Aloès Vera
» Forum sur les médecines douces animales...
» Site parlant des lieux légendaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums des Forestiers Algériens :: La Flore et La Faune :: Le Monde Des Végétaux :: Les plantes médicinales-
Sauter vers: