Forums des Forestiers Algériens
Bienvenue aux Forums des Forestiers Algériens


Le monde des forêts et de l'environnement en Algérie
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Votre soutien morale et matériel assure sans doute la continuité et le développement des forums des forestiers algériens!
أعضاؤنا الكرام ساهموا معنا في دعم و تطوير المنتدى
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Meilleurs posteurs
Zynèb (1445)
 
FFA (606)
 
atmoh300 (571)
 
BATNA (498)
 
RMR33 (486)
 
toufik (456)
 
Ray (448)
 
abderachid (397)
 
briki atmane (325)
 
Mouloud (307)
 
Les posteurs les plus actifs du mois
Derniers sujets
Mots-clés
humides
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Météo
Météo fournie par DzMeteo.com
Journal Officiel
http://www.joradp.dz/HFR/Index.htm

Partagez | 
 

 FULGURANT RETOUR DE LA MEDECINE ALTERNATIVE A SAIDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rachi-med



Nombre de messages : 7
Age : 59
Localisation : TIZI OUZOU
Occupation : enseignant-chercheur
Humeur : humour
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: FULGURANT RETOUR DE LA MEDECINE ALTERNATIVE A SAIDA   Ven 6 Mar 2009 - 16:47

FULGURANT RETOUR DE LA MEDECINE ALTERNATIVE A SAIDA



(APS)

19-03-2008



SAIDA, 18 mars 2008 (APS) - Un fulgurant recours à la médecine alternative est constaté dans la wilaya de Saida, suscitant un débat sur les perspectives et les limites de ce créneau thérapeutique.
Communément appelée phytothérapie, cette "médecine" repose sur une connaissance millénaire des plantes endémiques de la région qui s'étend de Saidaà Naâma et d'El Bayadh à Bechar, mais aussi de celles originaires d’Afrique noire, introduites par des vendeurs ambulants, installés dans plusieurs localités de la wilaya de Saida, des Maliens et des Nigériens en majorité.
Cette connaissance ancestrale des propriétés thérapeutiques des plantes tient, selon l’anthropologue Saddek Mokhtar, au contact continuel des nomades avec la nature, à la recherche de pâturages et de points d’eau pour leur bétail.
Il faut dire que la quête d'espaces verdoyants est généralement couronnée par la découverte de diverses plantes aux vertus aromatiques, thérapeutiques et aphrodisiaques.
Ces incessantes découvertes s’ajoutent, selon M. Saddek, à l’immense héritage culturel et scientifique légué par les musulmans présents au nord de l'Afrique depuis le 7ème siècle grégorien.
La rencontre avec la civilisation musulmane a en effet permis d’introduire un patrimoine scientifique riche et varié, puisé au contact des civilisations persane, pharaonique et mésopotamienne.
Le même anthropologue insiste, à l'occasion, sur la nécessité et l’urgence d'expliquer ce qui motive véritablement le recours à cette médecine traditionnelle, sachant que les nomades étaient autrefois motivés surtout par l'instinct de survie et le besoin d’apaiser la souffrance que provoquaient les innombrables maladies et autres épidémies touchant, alors, de vastes contrées, souvent éparses
et éloignées.
Des citoyens rencontrés aux marchés hebdomadaires, qui se tiennent à Saida tous les dimanches et mercredis, expliquent cette tendance par le coût relativement bas de ces remèdes présumés, par rapport aux prix parfois "exorbitants" de certains médicaments en pharmacie, nonobstant le coût de la consultation médicale souvent considéré comme élevé.
D’autre "patients" mettent en relief les propriétés naturelles de ces plantes supposées "bénéfiques et sans effets secondaires" contrairement, croit-on, aux composants chimiques et synthétiques des médicaments qui peuvent être nocifs, notamment en cas d'automédication.
Mais à en croire tous les médecins rencontrés, à l’instar du Dr Mohamed Ammer, les plantes utilisées dans la médecine dite traditionnelle "contiennent, elles aussi, autant de substances chimiques que les produits pharmaceutiques et peuvent, en conséquence, être a l’origine de sérieuses complications pouvant même causer la mort de celui qui les ingurgite".
La motivation économique expliquant le recours à la médecine alternative est catégoriquement désapprouvé par un vendeur de plantes médicinales, installé dans la ville. Ce quinquagénaire, qui exerce cette activité depuis une quinzaine d'années, affirme que sa clientèle couvre un large éventail social, du simple agriculteur au cadre dirigeant en passant par les plus nantis.
De son côté, le professeur Abdellah Moussa, enseignant au centre universitaire "Docteur Moulay Tahar", met en garde contre "certains charlatans" qui écument les marchés hebdomadaires et profitent de l'aubaine des fêtes populaires comme les "waadate", pour professer leur "savoir-faire" et abuser ainsi de la crédulité des malades ou de leur détresse.
Pour lui comme pour beaucoup d'autres âmes éclairées, il faut vite organiser et réglementer cette activité afin de parer à toute récupération malveillante et, finalement, mettre les populations à l'abri de drames sanitaires.
Revenir en haut Aller en bas
 
FULGURANT RETOUR DE LA MEDECINE ALTERNATIVE A SAIDA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FULGURANT RETOUR DE LA MEDECINE ALTERNATIVE A SAIDA
» paranoïa / naturel ou chimique sans aucun effet secondaire : ça existe ?
» Piscine : l'oxygéne actif , alternative au chlore
» CLAPET ANTI -RETOUR???
» Le retour en grâce de la châtaigne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums des Forestiers Algériens :: La Flore et La Faune :: Le Monde Des Végétaux :: Les plantes médicinales-
Sauter vers: